En direct du terrain…

18 août 2021

Etude des causes de mortalité des jeunes Cigognes noires... de moins bonnes nouvelles !

Le 29 juillet 2021, nous vous présentions le programme d’étude des causes de mortalité des…
16 août 2021

Les coulisses de votre site Cigogne-noire.fr rajeunies...

François B., notre expert LPO web, discret, a profité de l'été pour rajeunir l'architecture du site…
13 août 2021

Facebook réseau Cigogne noire : 2 600 likes !

Nous sommes en pleine période de dispersion des juvéniles de Cigogne noire... Dès le 15 juillet,…
11 août 2021

Exposition-photo sur la Cigogne noire à Leuglay (21)

Depuis le 1er juillet 2021 et jusqu'au 30 septembre 2021, Olivier PELLERIN, photographe amateur…
2 août 2021

Première relecture d’un juvénile balisé... aux Pays-Bas

En fin de semaine dernière, nous vous présentions le programme d’étude des causes de…

Plus d’actualités…

Etude des causes de mortalité des jeunes Cigognes noires... de moins bonnes nouvelles !

Le 29 juillet 2021, nous vous présentions le programme d’étude des causes de mortalité des jeunes Cigognes noires, lancé dans la cadre du programme personnel de baguage n°320, coordonné par Frédéric CHAPALAIN (ACETAM), suivi d’un article du 2 août 2021 sur la première relecture aux Pays-Bas.


Comme attendue, la mortalité des jeunes est très importante durant leurs premiers mois de vie. Chaque année, un certain nombre de jeunes, quand ce n’est pas la nichée entière, disparaissent avant les opérations de baguage pour diverses raisons (météo, prédation...).


Apport des balises :


Cette année, parmi les 23 jeunes balisés, 7 cas de mortalité ont été révélés par les balises avant le premier envol des jeunes. Ces cas ont été confirmés par les suiveurs de terrain.


Deux nichées ont intégralement disparu : une dans l’Yonne et une en Haute-Marne, avec respectivement 2 et 3 jeunes. Cette disparition de nichées complètes serait probablement passée inaperçue sans les balises, car survenue entre 2 visites du suiveur avec de grands jeunes (50-60 jours). Elle aurait été, très probablement, classée comme "nichée envolée". Les accéléromètres des balises sont, eux, sans appel… Ces disparitions ont probablement été causées par des phénomènes météorologiques violents (orage, vent violent, fortes précipitations...) la semaine du 14 juillet 2021.


A ces pertes intégrales, nous avons aussi enregistré la chute de 2 jeunes balisés non volants plusieurs jours ou semaines après avoir été bagués (un dans l’Indre et un dans la Nièvre) pour lequel quasi aucune trace ne subsiste au sol ; une des balises ayant été retrouvée à 500 mètres du nid.

Découverte d'un jeune de Cigogne noire mort dans un fossé de drainage (Daniel DUPUY / LPO Nièvre)
Découverte d’un jeune de Cigogne noire mort dans un fossé de drainage (Daniel DUPUY / LPO Nièvre)

Durant leurs premiers jours de vol, deux autres jeunes nivernais d’une même nichée sont morts à proximité du nid : un en forêt à 200 mètres du nid, l’autre à 25 kilomètres de son nid à l’occasion de son tout premier vol. La cause de mortalité du premier jeune n’a pas pu être investiguée. Concernant le second individu, les restes du cadavre, après radiographie, ne présentaient pas de plomb et il n’y avait pas d’élément à risque de collision, comme une ligne moyenne tension par exemple, à proximité du fossé de drainage dans lequel il a été retrouvé.


Cela fait donc 9 neufs morts avant leur émancipation, les jeunes Cigognes noires étant émancipés dès lors qu’ils quittent définitivement le nid.

Cadavre d'un jeune de Cigogne noire, découvert dans le Cher (Daniel DUPUY / LPO Nièvre)
Cadavre d’un jeune de Cigogne noire, découvert dans le Cher (Daniel DUPUY / LPO Nièvre)

Notre suivi confirme une nouvelle fois la très grande difficulté qui existe pour cette espèce à établir le nombre de jeunes à l’envol, voire même à savoir, si il y a eu succès reproducteur ou non. Durant 10 jours environ, les jeunes non émancipés font des petits vols autour du nid, les rendant parfois visibles ou non. Leur départ du nid se fait de manière espacée indépendamment des parents.


La seule donnée fiable de productivité à un moment donné reste le nombre de jeunes bagués, mais l’étude actuelle permet de montrer qu’il s’agit là d’un maximum donnant une vision optimiste de la réalité.


Ce suivi par balise d’environ 20% des jeunes bagués cette année commence à nous donner une idée de ce qui se passe à l’échelle nationale.


Aidez-nous à en savoir plus sur l’avenir de ces oiseaux en nous transmettant vos observations d’oiseaux vivants bagués ou non, à l’aide de la fiche d’observation.


Le signalement des cas de mortalité d’individus non bagués est aussi très utile !




Les partenaires de ce programme :

  • Nièvre :
    Financement : LPO Nièvre.
    Soutien technique : ONF.

  • Indre :
    Financement : Indre Nature en partenariat avec ENGIE.
    Soutien technique : Indre Nature & ONF.

  • Yonne :
    Financement UP Etude l’ONF Bourgogne-Franche-Comté en partenariat avec Voltalia.
    Soutien technique : ONF.

  • Haute-Marne :
    Financement : ACETAM.
    Soutien technique : ONF.

  • Meuse :
    Financement : ACETAM.
    Partenariat : Loana.
    Soutien technique : ONF.

  • Saône-et-Loire :
    Financement : AOMSL et ACETAM.
    Soutien technique : ONF.

Mots-clés : actualités, Etude mortalité juvéniles, Programme personnel de baguage Cigogne noire (ACETAM), Dispersion des juvéniles, Suivi des oiseaux balisés (satellite & GSM), Haute-Marne, Saône-et-Loire, Nièvre, Yonne, Indre, Côte-d’Or

Partagez :