En direct du terrain…

1er avril 2020

Toutatis : De sa capture en 2019 au franchissement du détroit de Gibraltar le 31 mars 2020...

Bagué poussin au nid en juin 2017 par l'ONF en Côte-d'Or dans le cadre du programme personnel de…
31 mars 2020

Facebook réseau Cigogne noire : 1 900 likes !

Alors qu'une grande partie des adultes nicheurs sont sur leur nid, des oiseaux non nicheurs…
29 mars 2020

Samedi 28 mars 2020 : Jeanne franchit les Pyrénées...

Pour faire suite à l’actualité du 25 mars 2020, Jeanne a franchi les Pyrénées le samedi 28…
25 mars 2020

Jeanne : de la migration postnuptiale 2019 à la migration prénuptiale 2020

Dans le cadre du programme Cigogne noire DREAL Grand Est, coordonné par la LPO associée au…
25 mars 2020

Webcam Cigogne noire en Hongrie : rentrez dans l’intimité d’un couple de Cigogne noire...

La coordination nationale Cigogne noire ONF-LPO vous propose de suivre ce couple (Hongrie) à…

Plus d’actualités…

Suivi de la migration par balise satellitaire (2010-2013)

Dans le cadre du programme interrégional Bourgogne - Champagne-Ardenne Cigogne noire 2010-2012 portant sur l’étude et la protection de cette espèce en France, 4 oiseaux ont été munis d’une petite balise Argos afin de suivre précisément leurs déplacements, en léger différé.

Vous pouvez découvrir sur ce site le voyage de deux d’entre elles.

Objectif : un suivi sur trois ans...

Ce programme de suivi satellitaire sur 3 ans, coordonné par l’ONF, a pour objectif de recenser les sites de nidification et d’étudier les milieux fréquentés par les oiseaux.

Dans l’objectif de mieux connaitre les comportements des cigognes noires, deux oiseaux ont été équipés de balises au cours de l’été en Haute-Marne et deux dans la Nièvre.

Les déplacements des cigognes noires sont enregistrés quotidiennement, à raison d’une dizaine de positions chaque jour entre 6 heures et 21 heures. Les cigognes noires n’étant pas actives la nuit, aucune localisation n’a été programmée dans ce créneau horaire.

Les données sont réceptionnées tous les deux jours (décalage de 48 heures).

Les informations recueillies nous renseignent sur la vitesse de déplacement de l’oiseau et son altitude. On sait ainsi si l’oiseau était posé ou en vol.

La localisation à quelques mètres près permet de localiser précisément les sites où l’animal se nourrit et se repose. Au final, les zones d’intérêt écologique particulier sont ainsi identifiées.

Elles vont nous renseigner sur :

  • les zones de gagnage sur les sites de reproduction en France
  • le début et l’itinéraire de la migration
  • les étapes journalières
  • la durée et la vitesse de la migration
  • les sites d’escale
  • le site d’hivernage et les éventuels déplacements au cours de l’hivernage
  • le site de reproduction
  • les causes de mortalité si l’oiseau est retrouvé.

Les données sont ensuite analysées et traitées en collaboration avec le CNRS à Strasbourg.

Partagez :